Actualité, Politique

PRÉSIDENTIELLES 2018 AU MALI: ce qui doit être dit aux candidats ! 

Le 29 juillet prochain, les Maliens se rendront à nouveau aux urnes pour élire leur président pour les cinq prochaines années. À l’heure actuelle, une vingtaine  de candidatures sont officiellement faites pour ces échéances électorales, mais on peine jusqu’à présent  à rendre public les projets de société et visions pour le chantier du Mali dans les cinq prochaines années.

Parmi cette vingtaine de candidatures, nous avons celles de Soumaïla Cissé de l’Union pour la République et la Démocratie (URD), de Modibo Sidibé du Nouveau Pôle Politique et des FARE, de Moussa Mara du Parti Yéléma-le changement, Aliou Diallo du ADP-Maliba et les derniers en date, Oumar Mariko du SADI, Dramane Dembélé de l’ARDEMA (L’Alliance pour le Redressement de la Démocratie au Mali) et l’actuel président de la République Ibrahim Boubacar Keïta.

Du côté du camp présidentiel, on est à pied d’oeuvre pour ne pas céder le pouvoir à d’autres, d’où le fameux slogan « Boua Ta bla », Boua ne quitte pas ! Quant aux autres candidats, eux, ils pensent que le problème du Mali d’aujourd’hui, c’est IBK. Donc il faut tout faire pour le remplacer. Changer IBK suffit-il à résoudre le problème du Mali ? Ou continuer avec lui permettra-t-il de répondre aux aspirations nouvelles des Maliens ?

Les aspirations du Malien sont grandes aujourd’hui que ça ne l’était en 2013. Le Mali souffre presque dans tous les secteurs. La Sécurité, l’Autosuffisance alimentaire,  l’Éducation, l’Emploi, la Santé sans compter le détournement du dénier public demeurent des préoccupations de l’heure à prendre au premier plan. Le Malien attend des politiques fortes et des visions nouvelles sur ces questions.

Par le passé, on nous a habitués à faire des promesses politiciennes qui, une fois au pouvoir, sont mises dans les oubliettes. Ou à distribuer des tee-shirts ou du thé et du sucre pour gagner l’électorat malien. Le Malien nouveau ne veut pas se laisser faire. Il étudie le profil des candidats et exige d’eux des projets de société. Il ne se laisse pas corrompre comme on a coutume à le faire. Il aspire au changement, mais pas à ce qui consiste à changer seulement  l’un par l’autre, mais un changement dans la gestion des affaires, des mesures et politiques fortes et efficaces pour lutter contre la corruption grandissante à tous les niveaux, restaurer la confiance entre les dirigeants et les dirigés, entre les Maliens, restaurer une paix durable dans ce pays, créer des emplois pour les jeunes, assainir le milieu scolaire et universitaire en le débarrassant des violences, des grèves incessantes pour une éducation de qualité…

Or, au lieu de commencer à nous proposer leur programme respectif, les candidats passent tout leur temps à critiquer le gouvernement en place ou à faire des discours dépourvus de sens. Le peuple malien attend plutôt qu’ils leur fassent des propositions de sortie de crise voire de développement. Le Malien nouveau choisira son candidat à base d’un programme, de vision et non sur de simples promesses. Il veut voir les candidats face à face sur des plateaux télé ou radio pour parler de leur projet, défendre leurs idées et visions, en un mot, un débat entre les candidats avant de décider à qui donner sa voix.

Chères candidates et candidats, l’électorat malien attend avec impatience vos projets et propositions pour le Mali des cinq  (5) années à venir.

Aussi faudrait-il rappeler qu’à l’heure actuelle, seul le candidat de Yéléma-le changement a pu dévoiler les grandes lignes de son « Programme d’Actions Concrètes pour la Transformation Économique et Sociale (PACTES) »    et son contenu à travers des conférences de presse et sur les réseaux sociaux. Avec Soumaila Cisse, tout ce qu’on sait de son programme est que sa famille ne serait pas mêlée dans la gestion des affaires de L’État. Sinon on sait aussi pour Mamadou Igor Diarra,  c’est dans son livre intitulé « c’est possible au Mali ».

D’ici les élections, il ne nous reste que deux mois, je répète, deux mois. Il ne faut pas attendre jusqu’à la veille du scrutin pour venir nous embrouiller, nous surmener, nous rendre confus dans nos choix. On a besoin d’un temps de lecture, d’écoute, de partage, de réflexion pour un choix en toute responsabilité et en toute conscience.

Publicités

1 réflexion au sujet de “PRÉSIDENTIELLES 2018 AU MALI: ce qui doit être dit aux candidats ! ”

  1. Bonne analyse mais les candidats ainsi que les électeurs n’opèrent guère pour une cause patriote . C’est pour cela que nous en sommes toujours là avec les mêmes maux sociaux.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s