Éducation

IBK: LES ÉTUDIANTS: de chacun un ordinateur à 13.000 tablettes empoisonnées

La politique « Un étudiant, un ordinateur » a longtemps été sur toutes les lèvres dans le milieu estudiantin malien. En fait, c’est une  promesse faite aux étudiants maliens par le « kankelintigui » de 2013 (celui tenant toujours ce qu’ il promet), Ibrahim Boubacar Keita à l’occasion de son discours de fermeture de campagne pour les présidentielles de 2013 au Mali. Quatre ans après son élection à la tête de la présidence malienne, où en sommes – nous avec cette promesse?

20180106215425.jpg

Crédit photo: google image 

Au fait, le projet « Doniya, un étudiant – un ordinateur » est un projet qui permet à chaque étudiant de se doter d’un ordinateur portable pour lui faciliter l’accès à l’Internet, à l’information, à la mutualisation de la connaissance etc. Donc, il consiste en quelque sorte à améliorer les conditions d’étude et de recherche des étudiants.

 

Trois ans d’attente, on pensait que cette promesse allait être une réalité. Lors de la cérémonie d’ouverture de la deuxième rencontre des ministres francophones ténue en 2016 à Bamako ( au palais présidentiel), le président IBK laissa entendre que le projet allait être mis en œuvre dès la rentrée universitaire 2016 – 2017. Certes, ç’ a été dit mais rien n’a été fait au cours de cette année.

 

Aujourd’hui, nous tendons vers une nouvelle année académique malgré les grèves interminables enregistrées au cours de l’anné en ce sens qu’il y a eu lieu déjà la cérémonie de la rentrée sollennelle des universités et grandes écoles du Mali. Et, c’est maintenant qu’ on nous parle des 13.000 tablettes ( dans le premier conseil des ministres du gouvernement Boubeye, cinquième gouvernement sous les ordres du président IBK) au lieu des ordinateurs pour tous afin de nous faire oublier ou soulager avec celles-ci et d’acheter nos consciences. Sinon, pourquoi attendre tout ce temps?

ou bien par ce que nous sommes à quelques mois des présidentielles 2018?

 

Pire, tous les étudiants ne pourront pas bénéficier de ces tablettes étant donné que leur effectif pléthorique dépasse les 13.000 . D’ailleurs, le président lui – même le sait puisqu’en 2016 (dans cette fameuse cérémonie d’ouverture de la deuxième rencontre des ministres francophones ), il estima l’effectif des étudiants dans les universités publiques maliennes à environ 120.000 et il est conscient de la possibilité de croissance. Ainsi, quel est l’effectif total de nos étudiants au jour d’aujourd’hui ? Le choix de ce nombre de tablettes a – t – il été fait en tenant compte de l’effectif global des étudiants dans les universités publiques?

Quelles sont les modalités d’attribution de ces tablettes?

En tout cas, des explications peuvent surgir  de part et d’autre sauf de nous faire croire que cet effectif de 2016 ait baissé à plus forte raison d’être jusqu’au niveau de 13.000 étudiants et que cette attribution n’aurait pas un impact sur nos bourses.

 

Entre temps, on peut même penser que le véhicule offert aux membres du bureau de la coordination nationale du syndicat estudiantin malien ( il y a quelques mois) par IBK à koulouba consiste à l’oubli de ce projet chez les etudiants et à leur achat de conscience. Sinon il y a des problèmes plus graves, plus importants et plus préoccupants dont souffre le milieu scolaire et universitaire malien ( grèves interminables; violence parmi d’autres ) dont il faut nécessairement et urgemment trouver des solutions efficaces et durables.

 

En conclusion, nous dirons que ces tablettes sont des cadeaux empoisonnés. Avec elles, bienvenue à la magouille et la surfacturation. En plus,leur attribution ne résout rien de tous les maux que connaissent le secteur de l’enseignement en général et de celui du supérieur public en particulier au Mali. Mais elle consiste à un achat de conscience pour des fins personnelles et égoïstes, c’est – à – dire elle consiste à hausser sa côte de popularité ( celle d’IBK) dans le milieu estudiantin.

Cependant, chers étudiants, nous ne devons pas nous laisser avoir une nouvelle fois. Qu’on soit bénéficiaire ou pas, nous devons choisir nos candidats en toute conscience et en toute responsabilité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s